THÈME : Nutrition

5 bonnes raisons de manger du fromage même pendant un régime

5 bonnes raisons de manger du fromage même pendant un régime

Des vitamines, du calcium, des protéines et pas de sucre. Le fromage est un aliment compatible avec le suivi d’un régime. Découvrez pourquoi et comment faire du fromage un plaisir non coupable quand on cherche à perdre du poids, avec les conseils de Valérie Mery-Mandeville, diététicienne et nutritionniste.

Concilier fromage et régime

Fromage et régime sont-ils compatibles ? « On peut tout à fait continuer à manger du fromage quand on entreprend un régime » rassure Valérie Mery-Mandeville, diététicienne nutritionniste.
« Dans un régime hypocalorique classique, les recommandations sont de 30 grammes de fromage par jour » précise cette spécialiste. « Mais dans d’autres types de régime, le fromage n’est pas interdit et ne fait pas l’objet de telles restrictions » ajoute-t-elle. C’est le cas par exemple pour le régime cétogène, qui repose sur une alimentation très pauvre en glucides (les sucres) mais riche en lipides (les graisses).

Comment un tel régime peut-il fonctionner pour perdre du poids ? « Depuis la fin du 19e siècle, le gras a été jugé comme ennemi de la santé, accusé d’être responsable du « mauvais » cholestérol (le LDL) et du surpoids. Mais cette réputation diabolique ne repose pas sur des études viables et indépendantes. Consommer du fromage en quantité modérée n’empêche pas de maigrir car il ne contient pas de sucre et ne favorise donc pas le stockage des graisses » révèle Valérie Mery-Mandeville.

Le fromage ne contient pas de sucre

Le fromage contient des protéines et des matières grasses saturées, mais ne contient plus de sucre : « le lactose, sucre contenu dans le lait, a en effet été détruit lors de la fermentation du fromage » décrit Valérie Mery-Mandeville.

Exception à noter : « le fromage blanc, qui n’est pas fermenté et qui contient donc du lactose » rappelle la spécialiste.

Et pourquoi le sucre que nous consommons nous fait-il grossir ? Une partie du sucre absorbé est directement consommé par le cerveau, le cœur, les organes et les tissus. Le sucre en excès déclenche un pic d’insuline : cette hormone fait entrer le sucre dans les cellules graisseuses où il est transformé en graisses sous l’action de l’insuline. Et ce n’est pas tout : « Non seulement l’insuline favorise le stockage des graisses, mais elle empêche aussi leur destruction » écrit la biologiste Nancy Cattan dans son livre Maigrir avec le régime paléo (Editions Alpen, 2013).

Mais, même si le fromage ne contient pas de sucre, qu’en est-il des graisses qu’il renferme ? « Les graisses sont un faux ennemi de la ligne » dévoile Valérie Mery-Mandeville. La biologiste Nancy Cattan écrit même qu’éliminer les graisses pour maigrir serait « une idée saugrenue ». Elle précise dans son ouvrage : « La plus grande étude sur les relations entre consommation de corps gras et poids corporel a été menée aux Etats-Unis au milieu des années 1990. Dans cette étude, les volontaires se sont vus proposer de suivre pendant un an quatre régimes alimentaires qui différaient par leur teneur en graisses. À l’issue de l’étude, le groupe qui avait consommé le plus de graisses n’avait pas pris un gramme de plus que celui qui avait suivi une alimentation pauvre en graisses. »

On peut choisir des fromages peu caloriques

Plus la pâte est moelleuse, moins le fromage sera calorique. Si vous voulez vous faire plaisir sans faire exploser le compteur de calories, tournez-vous vers le chèvre frais (24kcal pour 30g), les fromages qui se tartinent comme le cottage cheese (69kcal pour 30g), la feta (75kcal pour 30g) ou encore la mozzarella (84kcal pour 30g).

Le conseil de la diététicienne-nutritionniste : « D’une manière générale, mieux vaut éviter le pain que le fromage. On peut tout à fait manger un morceau de fromage sans pain et, si on le tartine, on choisira un pain le plus brut possible comme le pain d’épeautre, de seigle, ou le pain complet bio car leur indice glycémique est plus bas que le pain blanc » propose Valérie Mery-Mandeville.

Attention : « Evitez le fromage allégé dans lequel la graisse est remplacée par de l’eau ou pire, par du sucre. Ce type de fromage fait plus de mal que de bien car on s’éloigne beaucoup du produit initial pour arriver à quelque chose de très transformé » alerte la spécialiste. Or, « plus le fromage que vous choisissez est artisanal, meilleur il est pour votre santé » conseille-t-elle.

Le fromage reste un plaisir qui permet de ne pas craquer

Consommer du fromage quand on veut perdre du poids se révèle utile psychologiquement : selon Valérie Mery-Mandeville, « ne pas se priver de fromage pendant un régime limite les frustrations alimentaires, ce qui permet de faire plus attention à la consommation de sucre » et de ne pas craquer pour un paquet de gâteau ou un sachet de bonbons.

À quel repas consommer du fromage ?Au petit-déjeuner, au déjeuner ou au dîner, vous pouvez consommer votre portion de fromage au moment que vous préférez. « Il est parfois déconseillé de manger du fromage le soir mais il n’y a pas de raison si le dîner est globalement léger. Certes, mieux vaut éviter de cumuler un plat riche en graisses saturées et du fromage car cela demandera beaucoup de travail au foie. Mais il est possible de manger par exemple une salade avec du fromage, qui peut dans ce cas se substituer aux œufs, au poisson ou à la viande pour varier les plaisirs » propose la diététicienne nutritionniste.

Le fromage contient des protéines

Comme l’expliquent le professeur Kämmerer et les docteurs Schlatterer et Knoll dans leur ouvrage Le régime cétogène contre le cancer (Thierry Souccar Editions, 2014), le fromage « représente une excellente source de protéines », notamment « pour les personnes qui ne souhaitent pas manger de viande » par exemple les personnes qui suivent un régime végétarien ou qui souhaitent diminuer leur consommation de viande dans le cadre d’un régime flexitarien.

En effet, « les protéines du fromage contiennent tous les acides aminés indispensables – et sous une forme facile à assimiler par le corps humain. Leur valeur biologique est presque aussi élevée que celle des protéines de l’œuf de poule » soulignent les auteurs du livre.

Le conseil de la diététicienne-nutritionniste : « Variez votre consommation de fromage en alternant les fromages au lait de vache, de chèvre et de brebis car ils contiennent des protéines différentes » propose Valérie Mery-Mandeville.

Le fromage est riche en vitamines et minéraux

« Le fromage contient plusieurs minéraux et vitamines, notamment des vitamines B12, B2 et du calcium » appuie Valérie Mery-Mandeville.

Comme le précisent les professeur Kämmerer et les docteurs Schlatterer et Knoll, « les fromages à pâte cuite affinés, par exemple le parmesan, contiennent de grandes quantités de calcium ». Et de conclure : « Bref, si vous aimez le fromage, n’hésitez pas à en manger souvent, tel quel ou cuisiné. »

En partenariat avec : orpea-image